Tuesday, September 16, 2014

Outtakes from Obsession Magazine now non-scan

Photos du magazine Obsession désormais en version photo

image host image host image host

Digital scans - Scans numériques
(France, September 2014 issue - France, numéro de septembre 2014)

image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host image host

Interview (translated by itsoktobeyou.org)

A tornado rips through the air. A tornado that looks like a 24-year-old tiny chick in a white Chanel dress. Behind her, three publicists shall ensure that Kristen Stewart has everything she needs, that she has her latte on time, that she finds her way to run five interviews of fifteen minutes, meticulously scheduled two days before. She arrived yesterday in Cannes by private jet. The only solution to drag thirty-six hours out from filming an action movie in New Orleans, American Ultra, leaving her knees and elbows bloodied. Scratches that she proudly shows off "Now, no one can write that I don't work hard!"

Kristen Stewart has no time to waste. Six years, since the release in 2008 of the first Twilight, that she runs faster than the planet rotates, stops only to mimic a scene with grand gestures before throwing herself into an answer that will go at the end of her reasoning. Because, when she talks, Kristen Stewart makes her way with a machete through her doubts. "I liked Sils Maria. I liked making this movie and I liked watching it. You know why? I love movies about cinema. Maybe because I don't know how others are doing. Some people know. I don't know. I don't even know if I watch this as an actress who would look in the mirror. I just know that I like how Juliette Binoche and Olivier Assayas emphasise our deeply ridiculous nature, actresses. It amused me, very much. It really amused me."

You need so much self-confidence to consider the most Bergmanian movie of Assayas as a joke soaked with ferocity. But it's her early stroke of genius, the start of fifteen minutes flat of a dialectically corrida of a girl who always takes the question by its most unexpected perspective, just to keep one step ahead. This morning, her irony is princely. "I don't mean it is not.. important, this craft. But I don't think it is so important either, this craft. But: I'm very glad to have gotten in this car. I could almost... die for it."

Lesson one: giving yourself entirely to the movies does not prevent to laugh at this. And Sils Maria, movie entirely in harmony with the intelligence of its actresses, movie refusing to lock them up in pious or cretinous images, does nothing other than surveying this zigzag. In this feature film shown at Cannes, Kristen Stewart is Valentine, Maria Enders's assistant, a great actress played by Juliette Binoche, who ends up in Sils Maria, capital of Nietzschean (it's here that the philosopher got the idea of Eternal return) to practice a play by Wilhelm Melchior she played twenty years ago. But time passed and she has to accept to take this time the role of the mature woman. Valentine, from all of her 25 years of age, acts as a coach and takes the place that once was Marias. Of course, Maloja Snake, the play of Melchior, talks only about that too: the irrepressible rivalry between the irrepressible cruel rivalry between the cruel youth and the old age, enemy.

This mirror game between life and art will take an additional layer when Maria will hear that the role of the young girl was finally given to an actress coming from sci-fi movies (Chloë Grace Moretz, Kick-Ass actress), a girl best known for her boyfriends chained, her blood alcohol level while driving and her erratic interviews. Aka the public image, so ready made, that we have of Kristen Stewart. "It made ​​me nervous, the idea that one could make the comparison between Chloë and me. In the movie, she's not me. However, yes, I speak directly to her. I look at her with all my knowledge of celebrity. I can judge her, defend her, make fun of her, and even be complacent with her..."

Assayas was well aware the time had come to entrust Kristen Stewart the role of a girl armed as a person to understand that time in all its paradoxes. That the time had come to slightly move her image. In Sils Maria, Kristen wears glasses, long stringy hair she hides under an all-terrain hood and a shapeless black t-shirt. She reminds us Virginie Despentes: Same immediate presence, same critical power. No doubt they also share this brandished, loud and clear right, to say things - starting with her doubts. Especially, she announces the arrival of a generation pretending to be afraid of nothing because being attacked for a long time on everything. Kristen is the emblem. Which absolutely does not mean she likes her time.

"People think I'm crazy, sorry, I'm not. It's their perception of my strength facing them, but I'm very calm about that. Maybe because it's been a long time since I no longer seek the understanding of others. How would it be possible when those who come to me have only read mostly fake stuff on me? I'm not crazy, I'm alone. This is the reality of this job."

According to custom the actress going in this kind of lament has to pose like the usual drama queen, making sure to add heavy silences. Her, not. She has not finished. She asked that we follow her to the end of her reasoning: "People talk to me as if they were talking to a thing, OK: this thing, I've nourished it, manipulated it. It's because of the job - this damn job that never stops. Some go to work and then come back home. We, do not. There are no boundaries: they melted. There is no private life. Mine, I've given it up."

We stare at her hands, endlessly scratching her thighs. Two minutes ago, she seemed indestructible. Now, no longer. "Everything is public, relayed, connected. And I can not say that I totally do not care. I have to decide alone if it devastates me or not. And I've decided that this fame was not goint to fuck me up. Otherwise, I'd be crazy. Crazy googling my name et seeing spread out everywhere, in millions of entries, my love stories, my breakups, my mistakes. I have no other choice than survival."

Six years ago, Warrior Kristen celebrated her 18th birthday and was waiting impatiently the release of the first Twilight, sharing top billing with the one who, slowly, was becoming her boyfriend: actor Robert Pattinson. In five movies, Twilight has brutally made of Kristen and Pattinson people ​​more famous than the Pope and the Beatles together, and kept us informed of all the rumors about their story until its self destruction in 2012.

Each time Kristen kiss a guy (or a girl), it becomes instantly more important than Syria or the unemployment rate. "I think Robert and I, or Justin Bieber, were the first to suffer inconvenience of a new type of overexposure. Maybe it has never been so far before us. The speed at which rumors were spreading... Unbelievable. Since I developed a persistent hatred towards technology."

Being the creature of a tool and not liking it. Handling a bulb that both enlighten you and burns you. Owning everything to the monster you feed and is killing you. "We, we just wanted to be actors, but the success came at a moment of the story where fame is seen as a more sexy and desirable thing than happiness. That's what made things, weird. Nobody accept that you doubt one second of fame: ''Hey, we took you there, we have made ​​you famous, so now give us what we ask of you.' That feeling of having been chosen for them and having to sacrifice myself for them has occupied a lot of my thoughts, for too long."

Everything we have read the last four decades on the paranoia, to Philip K. Dick from Bret Easton Ellis, is nothing compared to what this girl experienced: the paranoïa 2.0.

Who decides to work with Assayas because we do not ask her to and, on the set, marveling that a director finally offered her to imagine her character. "Me, I come from a school where the actor does not need to be creative!" Ultimately, no wonder why she appears with an acute intelligence. Impressing everyone. "You'd think that since Sils Maria, I move, I speak! International breaking news!" She never gives up. That's good.

Just to continue this game of masks between reality and fiction we suggest her to do the photo shoot with Benoît Peverelli, who plays the photographer in the movie of Assayas. They know each other, invent at full speed. We watch them play when suddenly she turns around and apologizes to us "for the nervousness. I shouldn't say this, but ten minutes ago, on my way to come here, I heard that I was in the short list of actresses chosen for Best Actress. I can show off as much as I want, but it's Cannes, I come from another cinema and then, suddenly, I don't know where I live. People think I'm crazy, but nothing is more important to me than acting."

Julianne Moore finally won. You can not totally blame the jury: if Kristen Stewart scares, it's first and foremost because she represents a generation who has not yet been forgiven for already having right.
Une tornade fend l'air. Une tornade qui ressemble à une petite meuf de 24 ans en robe Chanel blanche. Derrière elle, trois attachées de presse veillent à ce que Kristen Stewart ne manque de rien, qu'elle ait son café latte à temps, qu'elle trouve son chemin pour exécuter cinq interviews de quinze minutes minutieusement calées deux jours avant. Elle est arrivée la veille à Cannes en jet privé. Seul solution pour s'extirper trente-six heures du tournage à la Nouvelle-Orléans d'un film d'action, American Ultra, qui lui laisse les genoux et les coudes en sang. Des éraflures qu'elle exhibe avec fierté: "Maintenant, personne ne pourra plus écrire que je ne travaille pas dur!"

Kristen Stewart n'a pas de temps à perdre. Cela fait six ans, depuis la sortie en 2008 du premier Twilight, qu'elle court plus vite que ne tourne la planète, ne s'arrête que pour mimer une scène à grands gestes avant de se lancer dans une réponse qui ira jusqu'au bout de son raisonnement. Car, quand elle parle, Kristen Stewart se fraie un chemin à la machette parmi ses doutes. "J'ai aimé Sils Maria. J'ai aimé faire ce film et j'ai aimé le voir. Tu sais pourquoi? J'aime les films sur le cinéma. Peut-être parce que je ne sais pas comment font les autres. Certains savent. Moi, je ne sais pas. Je ne sais même pas si je regarde ça comme une actrice qui se regarderait dans le miroir. Je sais juste que j'aime la façon dont Olivier Assayas et Juliette Binoche appuient sur notre nature profondément ridicule à nous, les actrices. Ça m'a amusée, beaucoup. Ça m'a amusée avec force."

Il faut une assurance de malade pour envisager le plus bergmanien des films d'Assayas sous l'angle de la farce trempée de férocité. Mais c'est son coup de génie matinal, le début d'un quart d'heure chrono de corrida dialectique d'une fille qui prend toujours la question par son angle le plus inattendu, histoire de garder un coup d'avance. Ce matin, son ironie est princière. "Je ne veux pas dire que ce n'est pas.. important, ce métier. Mais je ne crois pas non plus que ce soit si important, ce métier. Mais détrompe-toi: je suis très contente d'être montée dans cette voiture. Je pourrais presque... mourir pour ça."

Leçon une: se donner tout entière au cinéma n'empêche pas d'en rire. Cela s'appelle zigzaguer. Et Sils Maria, film tout entier en accord avec l'intelligence de ses actrices, film qui refuse de les enfermer dans des images pieuses ou crétines, ne fait pas autre chose que d'arpenter ce zigzag-là. Dans ce long-métrage présenté à Cannes, Kristen Stewart est Valentine, l'assistante de Maria Enders, une grande actrice incarnée par Juliette Binoche, qui se retrouve à Sils Maria, haut lieu nietzschéen (c'est ici que le philosophe a eu l'illumination de l’Éternel retour) pour répéter une pièce de Wilhelm Melchior qu'elle a jouée vingt ans auparavant. Mais le temps a passé et elle doit accepter d'endosser cette fois le rôle de la femme mûre. Valentine, du haut de ses 25 ans, lui sert de répétitrice et occupe la place qui était celle de Maria autrefois. Bien entendu, Maloja Snake, la pièce de Melchior, ne parle elle aussi que de cela: l'irrépressible rivalité entre la jeunesse cruelle et la vieillesse ennemie.

Ce jeu de miroir entre la vie et l'art prendra une épaisseur supplémentaire lorsque Maria apprendra que le rôle de la jeune fille a finalement été confié à une actrice venue des films de science-fiction (Chloë Grace Moretz, l'actrice de Kick-Ass), une fille surtout connue pour ses boyfriends enchaînés, son taux d'alcoolémie au volant et ses interviews erratiques. Soit l'idée médiatique, donc toute faite, que l'on se fait de Kristen Stewart. "Cela me rendait nerveuse, l'idée que l'on fasse la comparaison entre Chloë et moi. Dans le film, elle n'est pas moi. En revanche, oui, je m'adresse directement à elle. Je la regarde avec tout mon savoir de célébrité. Je peux la juger, la défendre, la prendre en dérision, et même être complaisante avec elle..."

Assayas a bien senti que l'heure était venue de confier à Kristen Stewart le rôle d'une fille armée comme personne pour comprendre l'époque dans tous ses paradoxes. Que le moment était venu de déplacer légèrement son image. Dans Sils Maria, Kristen porte des lunettes, des cheveux longs filasses qu'elle cache sous une cagoule tout terrain et un t-shirt noir difforme. Elle rappelle Virginie Despentes: même présence immédiate, même puissance critique. Sans doute, partagent-elles aussi ce droit brandi, haut et fort, d'affirmer les choses - à commencer par ses doutes. Surtout, elle annonce l'arrivée d'une génération qui fait mine de n'avoir peur de rien car attaquée depuis longtemps de partout. Kristen en est l'emblème. Ce qui veut tout sauf dire qu'elle aime son époque.

"Les gens pensent que je suis barge, désolée, je ne le suis pas. C'est leur perception de ma force face à eux, mais je suis très calme par rapport à cela. Peut-être parce qu'il y a juste belle lurette que je ne cherche plus la compréhension des autres. Comment serait-elle possible quand ceux qui viennent me voir n'ont lu que des trucs majoritairement faux sur moi? Je ne suis pas dingue, je suis seule. C'est la réalité de ce métier."

La coutume veut que l'actrice qui se lance dans ce genre de complainte prenne la pose drama queen d'usage, faisant bien attention à se ménager de lourds silences. Elle, non. Elle n'a pas fini. Elle demande qu'on l'a suive jusqu'au bout de son raisonnement: "Les gens me parlent comme à une chose, OK: cette chose, je l'ai nourrie, manipulée. C'est le job qui veut ça - ce foutu job qui ne s'arrête jamais. Certains vont au boulot puis rentre chez eux. Nous, non. Il n'y a plus de frontières: elles ont fondu. Il n'y a plus de vie privée. La mienne, j'y ai renoncée."

On fixe ses mains, qui n'en finissent plus de griffer ses cuisses. Il y a deux minutes, elle semblait indestructible. Là, plus du tout. "Tout est public, relayé, connecté. Et je ne peux pas dire que je m'en fous totalement. Je dois décider seule si ça me dévaste ou non. Et j'ai décidée que cette célébrité n'allait pas me foutre en l'air. Sinon, je serais dingue. Dingue de googliser mon nom et de voir étalées partout, par millions d'entrées, mes histoires d'amour, mes ruptures, mes erreurs. Je n'ai pas d'autre choix que la survie."

Il y a six ans, Warrior Kristen fêtait ses 18 ans et attendait en trépignant d'impatience la sortie du premier épisode de Twilight, dont elle partageait l'affiche avec celui qui, lentement, était entrain de devenir son boyfriend: l'acteur Robert Pattinson. En cinq épisodes, Twilight a brutalement rendu Kristen et Pattinson plus célèbres que le pape et les Beatles réunis, et nous a tenus au courant de toutes les rumeurs sur leur histoire jusqu'à ce qu'elle s'autodétruise en 2012.

Chaque fois que Kristen roule une pelle à un mec (ou à une fille), cela devient dans l'instant même plus important que la Syrie ou le taux de chômage. "Je pense que Robert et moi, ou Justin Bieber, avons essuyé les plâtres d'une forme neuve de surexposition. Peut-être que ça n'a jamais été aussi loin avant nous. La vitesse à laquelle les rumeurs se propageaient... Inimaginable. J'ai développé depuis une haine tenace envers la technologie."

Être la créature d'un outil et ne pas l'aimer. Manipuler une ampoule qui à la fois t'éclaire et te brûle. Tout devoir au monstre que tu nourris et qui te tue. "Nous, on voulait juste être acteurs, mais le succès est arrivé à un moment de l'histoire où la célébrité est considérée comme un truc plus sexy et désirable que le bonheur. C'est ça qui a rendu les choses bizarres. Personne n'accepte que tu doutes une seconde de la célébrité: 'Hey, on t'as mis là, c'est nous qui t'avons fait célèbre, alors maintenant donne nous ce qu'on te demande.' Ce sentiment d'avoir été choisie pour eux et de devoir me sacrier pour eux a occupé pas mal de mes pensées, trop longtemps."

Tout ce que l'on a lu depuis quatre décennies sur la paranoïa, de Philip K. Dick à Bret Easton Ellis, n'est rien face à ce qu'a expérimenté cette fille: la paranoïa 2.0.

Qui décide donc de travailler avec Assayas parce qu'on ne le lui demande pas et qui, au tournage, s'émerveille qu'un cinéaste lui propose enfin d'imaginer son personnage. "Moi, je viens d'une école où l'acteur n'a pas besoin d'avoir d'imagination!" Au bout du compte, pas étonnant qu'elle y apparaisse d'une intelligence aiguë. Qui bluffe tout le monde. "A croire que depuis Sils Maria, je bouge, je parle! Scoop planétaire!" Elle ne lâche rien. C'est bien.

Histoire de continuer ce jeu de masquer entre le réel et la fiction nous lui proposons de faire la séance photo avec Benoît Peverelli, qui joue le photographe dans le film d'Assayas. Ils se connaissent, inventent à toute vitesse. On les regarde jouer quand, soudain, elle se retourne et nous demande pardon "pour la nervosité. Je ne devrais pas le dire, mais il y a dix minutes, en venant ici, j'ai appris que j'étais dans la short list des actrices retenues pour le prix d'interprétation. Je peux crâner autant que je veux, mais c'est Cannes, je viens d'un autre cinéma et là, soudain, je ne sais plus où j'habite. On croit que je m'en fous, mais rien n'est plus important pour moi que de jouer."

Julianne Moore a finalement remporté le prix. On ne peut totalement en vouloir au jurés: si Kristen Stewart fait peur, c'est avec tout parce qu'elle incarne une génération à qui on ne pardonne pas encore d'avoir déjà raison.
Source

7 comments:

  1. I love this lady so cool and beautiful.

    ReplyDelete
  2. beauty total nobody look like her nobody she is stuning looking girl/ love you kristen wish you the best always

    ReplyDelete
  3. Beautiful interview. Thanks for the translation

    ReplyDelete
  4. Yayyyy!!! She was shortlisted for best actress....Thanks a lot for the translation. :)

    ReplyDelete
  5. Thank you so much for the translation - excellent interview!

    ReplyDelete
  6. A touching interview, really... I love Kristen.. God Bless You!!

    ReplyDelete
  7. MY GODDESS ON EARTH!...KRISTEN STEWART!!!

    ReplyDelete

• To preserve the good atmosphere, the comments of advertising and insults to Kristen, her staff or our team will be deleted. Thanks :).

• Pour préserver la bonne atmosphère, les commentaires de pub et les insultes envers Kristen, son staff ou notre équipe seront supprimés. Merci :)