Monday, September 8, 2014

'Camp X-Ray' Deauville American Film Festival Reviews & Reactions

Critiques & Réactions sur 'Camp X-Ray' au Festival du Cinéma Américain de Deauville



REVIEWS - CRITIQUES

•• Au Café Des Loisirs: Rated: 8.5/10
With this first movie, Peter Sattler immerses us in the hell of Guantanamo. We follow the soldier Amy Cole who lands in these corridors full of surprises, but also adrenaline. A motto to follow, not to sympathize with the inmates. Far from blockbusters, we have Kristen Stewart in the role of the female soldier. Casual and comfortable in these rangers, Kristen Stewart surprised us in this hard role both physically and psychologically. She convinced us from start to finish. Peyman Moaadi which is like a partner, plays his character perfectly he produced an intense and moving performance. As for Lane Garrison he impressed us with his strength and plays a firm soldier who will do anything to not let anyone get in his way. The rest of the cast bring a psychologically strong and heavy key in the corridors of hell. The staging is carried by a beautiful music.

With Camp X-Ray, Peter Sattler takes us into a nightmare that will not leave us indifferent and will make us think a lot. Carried by an incredible cast and a perfect Kristen Stewart we are totally satisfied thanks to their talent. Camp X-Ray takes us into an intense, powerful and tough but also deeply moving place.

•• Clap Magazine: Rated: 4/5
Peter Sattler, for his first movie, deals with the heavy subject of Guantanamo: foiling the pitfalls of a controversial subject and denouncing in a subtle way, the inhuman conditions of detention, Sattler succeeds in his bet and positions himself as a possible successor of the director of Born on the Fourth of July born and Platoon.

On September 11, 2001, Oussama Ben Laden and his buddies, in addition of the atrocities committed, signed a blank check to the Bush administration. The United States, built on violence, not short on slip-ups (atomic bombs), step into the breach, shocking on a regular basis the international opinion. Especially with the camp of "detainees" at Guantanamo (not a camp of "prisoners", we learn in the movie: the detainees are not within the scope of the Geneva Convention, they are deprived of all their rights). Regularly blamed, promised to close (by Bush then by Obama), Guantanamo has rarely been treated in movies: you must have broad shoulders with the many accumulating traps.

Neutrality seems out of place (being neutral, is endorsing), but the charge can't be too violent. And that's where the director succeeds beautifully. With a clinical direction, nearly documentary (it only leaves the camp the time of two sequences and shows military routines after military routines - at the mess, on guards...), he denounces with small touches the conditions of detention, without ever rocking the boat: small humiliations, light lit all day and night in the cells, food eaten by the nose by force... Above all he avoids the pitfall principal: he never transforms the American military into monsters torturers. They do their job, without much perspective on the general situation (as noted by a leader, the job of everyone, including him, is to obey his superior) but ultimately ar never out of control, and may even be able (especially for the heroine), of empathy. And thanks to that, gradually a relationship emerges, if not ambiguous, at least friendly and respectful between the soldier Cole and the detainee Amir (about which we'll never know if he's guilty of anything, or just suspected): she will help him to hold on, while at his contact she'll see her convictions.. fail. Carried by a very good Kristen Stewart (whose acting skills can't be overshadowed by Twilight) and an impressive Payman Maadi (A separation), this duo seems to mean that not everything may be screwed. A simple, moving, engaged, first movie: we hope hear more from Peter Sattler very soon.

•• Mondociné: Camp X-Ray impresses with its elegant staging, by the power of its controversial and courageous story, or the quality of its performances (A wonderful K. Stewart, a very good Peyman Moaadi).

•• La Bobine sélective: I'm happy to say that I have here the best movie since the beginning of the festival. This story of a friendship between a soldier played by Kristen Stewart and an inmate played by Payman Maadi sounds very right and pushes us to tears. The fact that it's a first movie is even more surprising given the mastery shown by Sattler (directing of actors, rhythm...). Let's cross our fingers now that the movie will find a French distributor soon.

•• Rolling Stone: The first of two Kristen Stewart vehicles this fall that should help put all that Twilight brouhaha in the rearview mirror (see also Clouds of Sil Maria), this military drama finds the former Bella Swan playing a Guantanamo Bay guard who reluctantly befriends one of the detainees. For anyone who thought Stewart's talents simply extended to pouting and whimpering, this chewy indie proves that yes, the young woman does indeed have some impressive acting chops.

•• Forbes: Kristen Stewart delivers another solid low-key dramatic turn in this well-acted but slight Gitmo prison drama.

I wish I could tell you that a film like Camp X-Ray was a decade overdue, that it’s relatively by-the-book relationship drama between a young female Gitmo guard and a longtime resident of said prison was a tale told too late. But here I am, writing this review on the 13th anniversary of the 9/11 attacks, and Guantanamo Bay is still open for business, with around 155 detainees still locked up mostly because we as a nation and as a political body lack the will and/or courage to close down what has is a preeminent symbol of how America lost its ideals as a result of the attacks. Since Guantanamo Bay is still open, and the perception is still that those who were captured and those who remain detained were basically the Legion of Doom of would-be terrorists (not so), then I suppose a somewhat simple “shared humanity” fable like Camp X-Ray still serves a certain amount of value, even if I would imagine that 99% of those who see it will already be among the “converted” in terms of the moral drama it attempts to tell. Moreover, the film’s relative softpedaling seems targeted at not bothering that 1% all that much over the course of its narrative.

Kristen Stewart is engaging and Payman Moaadi avoids the “noble savage” cliché with ease. The performances are stronger than the film which contains them, but since the picture is mostly a two-hander that’s not entirely a fatal flaw. The film starts with footage of the 9/11 attacks and the opening scenes are suitably claustrophobic and intense. Stewart plays a new transfer at Guantanamo Bay while Moaadi plays an eight-year long detained occupant with whom she forms a relationship. It’s certainly not anything remotely romantic, and even calling it a friendship would be raising the bar a bit too high. But despite an initial incident of would-be assault, something resembling an emotional connection does develop. It is to writer/director Peter Sattler’s credit that the film doesn’t allow the characters to monologue about their feelings.

We get certain nasty details about the camp itself (the lights are never turned off) and a few biographical details from its leads (Stewart’s soldier joined up to “do something important”), but the tone is more static than harsh, and the film seems to almost soft-pedal the very real moral and practical breaches that occurred at said prison. More outrage is felt over Stewart’s attempts to deal with indifferent or sexually-inclined male superiors than with anything that occurs to the inmates. For much of the running time, this feels like a Gitmo drama for those who don’t want to be too disturbed by what they see and hear, something that could almost be shown in schools save for its deserved R-rating. There is of course value in that, in being a more audience-friendly examination of an important issue, but it does dilute the drama just a bit.

For a prison that is well-known as both a legal black hole and a would-be torture chamber, the choice by prison staff to withhold the final volume of the Harry Potter books doesn’t exactly work as the representation of governmental injustice. On one hand, it is impressive that the film doesn’t explicitly villainize those on either side of the wire as a group, but there are some situations where omission can be seen as an act of soft-pedaling. It may not be fair to expect a low-budget character drama to be an all-encompassing film about the long-term issues with Guantanamo Bay, but that is perhaps the accidental burden of being among the rare films to tell its story in this specific location. But by virtue of its oddly soft-pedaled outrage, Camp X-Ray wants to inform us of injustice, remind us of our shared humanity, yet let us off the hook in the end.

The story and character beats of Camp X-Ray are pretty much what anyone walking into a film called Camp X-Ray would expect. Kristen Stewart and Peyman Moaadi are quite good, and the sequences that exclusively focus on their would-be relationship make up enough of the film’s 112 minute running time for the film to qualify as an acting treat. The picture’s second act lags a bit yet builds to a mostly satisfactory, if somewhat predictable and weirdly “feel-good” climax. Nonetheless, the film just barely works thanks to its strong central performances as a look at relative morality in a place that is by virtue of its existence inherently immoral. This is a solid first step in Stewart’s path to remind us that she used to be a respective indie actress before the Twilight series turned her into a somewhat divisive global superstar. This is a solid step-one in her “Killing Bella Swan” campaign.

•• The Filmphilosopher: Rated 7,7/10
Sitting down to watch “Camp X-Ray” I was expecting to see a hyper-political, “Our military is out there fighting the evil men so they can’t kill you in your sleep” type of movie. I was pleasantly surprised at what I got instead. Writer/director Peter Sattler went with an entirely different, and far more interesting approach. The film focuses almost completely on human interaction under extreme circumstances. No political preaching. No good guys vs. bad guys. Just humans who are having to cope with being stuck in a place they don’t want to be with no control over their own situation.

Now… I am going to say something here that is strange and foreign to me. Kristen Stewart gives her best performance in this film. I have long been a huge critic of Ms. Stewart’s acting abilities (it does not help that she is mostly known for the “Twilight” films which I loathe). In “Camp X-Ray” though I quite enjoyed her performance. Is it Oscar worthy? No. But, the interaction between her character Pvt. Amy Cole and Ali (Moaadi) is what successfully drives this film. The conversations between the two seem very natural, and the bond that they form is believable and allows the viewer to be sucked in to the emotionally charged story.

Sattler seems to be a very capable director and story teller. The cinematography is sharp and the story unfolds at a very good pace. I am excited to see his future work.

All in all, I really enjoyed this film. It was a surprising, original take on the military movie. I recommend it to anyone who likes a good story with powerful emotions. Probably not suited for people who like movies with a ton of action or eye candy.

•• Flickering Myth: Rated 4/5
Without overstating it, Stewart and Maadi are far and away the best things about this film. They manage to play this relationship with a tenderness and raw honesty that is both wonderfully bewildering and always believable.

Having never been a fan of Stewart, she surprised me in this picture with her tenderness and simplicity. I was expecting another wooden and tedious performance but she manages to show a vulnerability that is both beguiling and heart-wrenching.

Another remarkable thing about Camp X-Ray is that it manages to achieve a tone that is both sombre and sparkling at the same time. We flit between moments of incredible tension and sadness to flashes of warmth and levity that give you some much needed respite. One scene in particular is especially brilliant. Close to tears yet unable to cry because of the knife-edge tension, you feel utter relief as the scene ends before a wave of sadness flows over you – truly a remarkable feat for just five minutes of the film.

All in all, this film manages to put you through the emotional grinder without ever feeling forced or heavy-handed. An excellent cast supported by a wonderful script and perfectly crafted pacing makes this film truly remarkable and an absolute must-see.

•• Au Café Des Loisirs - Noté: 8.5/10
Avec ce premier film, Peter Sattler nous plonge dans l’enfer Guantanamo. Nous suivrons le soldat Amy Cole qui débarque dans ces couloirs qui regorgent de surprises mais aussi d’adrénaline. Un mot d’ordre à suivre ne pas sympathiser avec les détenus. Loin des blockbusters en tous genre, nous retrouvons Kristen Stewart dans le rôle de cette femme soldat. Décontractée et à l’aise dans ces rangers, Kristen Stewart nous étonnera dans ce rôle dur tant physiquement que psychologiquement. Celle-ci saura nous convaincre de bout en bout. Peyman Moaadi qui sera comme un binôme, interprète son personnage à merveille il réalise une performance intense et bouleversante. Quant à Lane Garrison il nous épatera par sa fermeté et incarnera un soldat ferme qui sera prêt à tout pour ne pas se laisser marcher sur les pieds. Le reste du casting apportera une touche psychologiquement forte et pesante dans ces couloirs de l’enfer. La mise en scène est portée par une très belle musique.

Avec Camp X-Ray, Peter Sattler nous emmène dans un véritable cauchemar qui ne nous laissera pas indifférent et nous fera beaucoup réfléchir. Porté spar un incroyable casting et une Kristen Stewart parfaite nous serons totalement convaincus grâce à leur talent. Camp X-Ray nous emmènera dans un lieu intense, puissant et dur mais aussi bouleversant.

•• Clap Magazine: Noté: 4/5
Peter Sattler, pour son premier film, s’attaque au lourd dossier du camp de Guantanamo: déjouant les embûches d’un sujet polémique et dénonçant subtilement les conditions inhumaines de détention, Sattler réussit son pari et se pose en éventuel digne successeur du réalisateur de Né un quatre juillet ou de Platoon.

Le 11 septembre 2001, Oussama Ben Laden et ses petits copains, en plus des atrocités commises, ont signé un chèque en blanc à l’administration Bush. Les Etats-Unis, construits sur la violence, et pas avares en dérapages (les bombes atomiques), s’engouffrent dans la brèche, choquant régulièrement l’opinion internationale. Notamment avec le camp de « détenus » de Guantanamo (et pas un camp de « prisonniers », apprend-on dans le film: les détenus ne rentrant pas dans le cadre de la convention de Genève, ils sont privés de tout droit). Régulièrement mis en cause, promis à une fermeture (par Bush puis par Obama), Guantanamo a rarement été traité au cinéma: il faut avoir les épaules solides tant les pièges s’accumulent.

La neutralité semble hors de propos (être neutre, c’est cautionner), mais la charge ne peut pas non plus se faire trop violente. Et c’est là que le réalisateur réussit joliment son coup. S’appuyant sur une réalisation clinique, presque documentaire (il ne sort du camp que le temps de deux séquences et enchaîne les plans de routines militaires -au mess, pendant les gardes-…), il dénonce par petites touches les conditions de détention, sans jamais charger la barque: petites humiliations, lumière allumée jour et nuit dans les cellules, nourriture ingurgitée de force par le nez… Surtout il évite l’écueil principal: jamais il ne transforme les militaires américains en monstres tortionnaires. Ils font leur boulot, sans trop de recul sur la situation générale (comme le fait remarquer un chef, le job de tous, y compris pour lui, est d’obéir à son supérieur) mais ne dérapent finalement jamais, et peuvent même se révéler capables (pour l’héroïne en tout cas), d’empathie. Et c’est avec grâce que peu à peu se dessine une relation, sinon ambiguë, au moins amicale et respectueuse entre la militaire Cole et le détenu Amir (dont on ne saura jamais s’il est coupable de quoi que ce soit ou simplement soupçonné): elle l’aidera à tenir, tandis qu’à son contact elle verra ses certitudes faillir. Porté par une très bonne Kristen Stewart (dont les talents d’actrice ne peuvent être occultés par les navets Twilight) et un impressionnant Payman Maadi (Une séparation), ce duo semble signifier que tout n’est peut-être pas foutu. Un premier film sobre, émouvant, engagé: on espère avoir rapidement des nouvelles de Peter Sattler.

•• Mondociné: Camp X-Ray impressionne par l’élégance de sa mise en scène, par la force de son récit polémique et courageux, ou encore par la qualité de son interprétation (formidable K. Stewart, très bon Peyman Moaadi).

•• La Bobine sélective: Je suis bien heureuse de vous dire que je tiens là le meilleur film découvert depuis le début de ce festival. Cette histoire d’amitié qui se lie entre la soldate jouée par Kristen Stewart et le détenu interprété par Payman Maadi sonne très juste et nous pousse aux larmes. Le fait qu’il s’agisse d’un premier film est d’autant plus étonnant vu la maîtrise dont fait preuve Sattler (direction d’acteurs, rythme…). Croisons maintenant les doigts pour que le film trouve rapidement un distributeur français.

•• Rolling Stone: Le premier des deux films de Kristen Stewart de cet automne devrait aider à mettre tout brouhaha sur Twilight derrière nous (regarder aussi Sils Maria), dans ce drama militaire on trouve l'ancienne Bella Swan jouant une gardienne du camp de Guantanamo qui avec réticence se lie d'amitié avec un des détenus. Pour tous ceux qui pensaient que les talents de Stewart ne s'étendaient simplement qu'à bouder et pleurnicher, cet indie mou prouve que oui, la jeune femme a en effet quelques impressionnantes gammes de jeu.

•• Forbes: Kristen Stewart offre un autre virage dramatique solide dans ce bien-joué mais léger drama sur la prison de Gantanamo.

Je souhaite pouvoir dire qu'un film comme Camp X-Ray a une décennie de retard, que c'est un drama relativement tatillon sur une relation entre une jeune gardienne à Gantanamo et un résident de longue date de ladite prison, que c'est un récit raconté trop tard. Mais me voici ici, écrivant cette critique lors du 13ème anniversaire des attentats du 11 septembre, et le camp de Guantanamo est toujours ouvert pour le business, avec près de 155 détenus encore enfermés la plupart du temps parce que nous en tant que nation et en tant qu'organe politique manquons de volonté et/ou de courage pour fermer ce qui est un symbole par excellence de la façon dont l'Amérique a perdu ses idéaux à la suite des attentats. Vu que le camp de Guantanamo est toujours ouvert, et que la perception est encore que ceux qui ont été capturés et ceux qui sont encore détenus sont essentiellement des d'éventuels terroristes (pas tellement) à la Legion of Doom, alors je suppose qu'une fable un peu simple de "partage d'humanité" comme Camp X-Ray apporte encore une certaine quantité de valeur, même si j'imagine que 99% de ceux qui le verront feront déjà parti des "convertis" du drame moral qu'il tente de raconter. En outre, l'adoucissement relatif du film semble faire attention à ne pas déranger tant que ça les 1% au cours de son récit.

Kristen Stewart est attrayante et Payman Moaadi évite le cliché du "bon sauvage" avec facilité. Les performances sont plus fortes que le film qui les contient, mais vu que le film est en majorité sur les deux ce n'est pas entièrement un défaut fatal. Le film commence avec des images des attentats du 11 septembre et les scènes d'ouverture rendent dûment claustrophobes et sont intenses. Stewart joue un nouveau transfert au camp de Guantanamo pendant que Moaadi joue détenu depuis huit ans avec qui elle créée un lien. Ce n'est certes pas quelque chose d'amoureux, et même l'appeler une amitié serait exagéré. Mais en dépit d'un incident initial de presque agression, quelque chose ressemblant à un lien affectif se développe. C'est tout à l'honneur du scénariste/réalisateur Peter Sattler que le film ne permet pas aux personnages de faire des monologues sur leurs sentiments.

On obtient certains méchants détails sur le camp lui-même (les lumières ne sont jamais éteintes) et quelques détails biographiques de ses personnages principaux (le soldat de Stewart l'a rejoint pour "faire quelque chose d'important"), mais le ton est plus statique que sévère, et le film semble presque adoucir la véritable morale et les violations concrètes qui ont eu lieu dans ladite prison. Plus d'indignation se fait sentir dans les tentatives de Stewart de faire face à ses supérieurs masculins portés sur le sex ou indifférents que dans tout ce qui arrive aux détenus. Pour une grande partie du film, on dirait un drama sur Guantanamo pour ceux qui ne veulent pas être trop perturbé par ce qu'ils voient et entendent, quelque chose qui pourrait presque être montré dans les écoles, sauf pour sa notation R (aka que les mineurs doivent être accompagné d'un adulte) méritée. Il y a bien-sûr de l'importance dans cela, en étant une étude plus grand public d'un problème important, mais cela dilue un peu le drama.

Pour une prison qui est célèbre à la fois comme un trou noir juridique et une possible chambre de torture, le choix du personnel de la prison de refuser de donner le tome final des livres d'Harry Potter ne semle pas exactement comme la représentation de l'injustice gouvernementale. D'une part, c'est impressionnant que le film ne rende pas méchant explicitement ceux de chaque côté de la barrière en généralisant, mais il y a des situations où l'omission peut être considérée comme un acte d'adoucissement. Ce n'est peut-être pas juste d'attendre d'un drama à petit budget d'englober tout les problèmes du camp de Guantanamo, mais 'est peut-être le fardeau accidentel d'être parmi les rares films à raconter son histoire dans ce endroit spécifique. Mais par son indignation bizarrement adoucie, Camp X-Ray veut nous informer de l'injustice, nous rappeler notre humanité commune, bien qu'à la fin nous décrochions.

L'histoire et les personnages de Camp X-Ray sont à peu près ce que n'importe quelle personne allant voir un film appelé Camp X-Ray s'attendrait à voir. Kristen Stewart et Payman Moaadi sont très bons, et les séquences qui se concentrent exclusivement sur ​​leur soi-disant relation sont suffisantes pour que les 112 minutes soient considérées comme une friandise de jeu d'acteur. Le jeu des acteurs secondaires du film se fait un peu distancer par des premiers rôles satisfaisants, bien qu'avec une apogée quelque peu prévisible et bizarrement "avoir la conscience tranquille". Toute fois, le film réussi à peine grâce à ses performances centrales fortes à être un regard sur la moralité relative d'un endroit qui par son existence même est par nature immoral. C'est une première étape solide sur le chemin de Stewart pour nous rappeler qu'elle était une respectable actrice de films indépendants avant que le saga Twilight ne la retransforme en une sorte de superstar mondiale. C'est une étape solide dans sa campagne "Tuer Bella Swan".

•• The Filmphilosopher: Noté 7,7/10
Assis à regarder "Camp X-Ray" je m'attendais à voir un type de film hyper politique à la, "Notre armée est là-bas pour lutter contre les méchants hommes afin qu'ils ne puissent pas vous tuer dans votre sommeil". J'ai été agréablement surpris par ce que j'ai eu à la place. Le scénariste/réalisateur Peter Sattler a suivi une approche totalement différente, et beaucoup plus intéressante. Le film se concentre presque entièrement sur ​​l'interaction humaine dans des circonstances extrêmes. Pas de prédication politique. Pas de bons vs les mauvais. Juste des êtres humains qui doivent faire face au fait d'être coincé dans un endroit où ils ne veulent pas être avec aucun contrôle sur leur propre situation.

Maintenant... Je vais dire quelque chose là qui est étrange et étrange pour moi. Kristen Stewart donne sa meilleure performance dans ce film. J'ai longtemps été une personne énormément critique des talents d'actrice de Mlle Stewart (ça n'a pas aidé qu'elle est surtout connue pour les films "Twilight" que je déteste). Dans "Camp X-Ray" cependant j'ai très apprécié sa performance. Est-ce qu'elle est digne d'un Oscar? Non. Mais, l'interaction entre son personnage le soldat Amy Cole et Ali (Moaadi) est ce qui anime avec succès ce film. Les conversations entre les deux semblent très naturelles, et le lien qu'ils ont crée est crédible et permet au spectateur d'être aspiré dans l'histoire chargée d'émotion.

Sattler semble être un réalisateur et conteur très apte à. La photographie est forte et l'histoire évolue à un très bon rythme. Je suis impatient de voir son travail futur.

Dans l'ensemble, j'ai vraiment apprécié ce film. Il y avait un point de vue surprenant et original dans le film militaire. Je le recommande à tous ceux qui aiment une bonne histoire avec des émotions fortes. Probablement pas adapté pour les personnes qui aiment les films avec une tonne d'action ou pour le plaisir des yeux.

•• Flickering Myth: Noté 4/5
Sans exagérer, Stewart et Maadi sont de loin les meilleures choses dans ce film. Ils parviennent à jouer cette relation avec une tendresse et une honnêteté brute qui est à la fois merveilleusement déroutante et toujours crédible.

N'ayant jamais été un fan de Stewart, elle m'a surpris dans ce film avec sa tendresse et simplicité. Je m'attendais à une autre performance en carton et fastidieuse, mais elle parvient à montrer une vulnérabilité qui est à la fois séduisante et déchirante.

Une autre chose remarquable sur Camp X-Ray c'est qu'il parvient à avoir en même temps un ton à la fois sombre et pétillant. Nous naviguons entre des moments de tension incroyable et de tristesse à des moments d'explositons de chaleur et de légèreté qui vous donnent un certain répit bien nécessaire. Une scène notamment est particulièrement brillante. Au bord des larmes mais pourtant encore incapable de pleurer à cause de la tension pleine de suspens, vous sentez un soulagement absolu quand la scène se termine avant qu'une vague de tristesse ne vous submerge - vraiment un exploit remarquable pour seulement cinq minutes du film.

Dans l'ensemble, ce film parvient à vous faire passer à la moulinette émotionnelle sans jamais que ça se ressente comme forcer ou lourd. Un excellent casting soutenu par un scénario merveilleux et un rythme parfaitement élaboré font que ce film est vraiment remarquable et un film à voir absolument.

•• Axonpost: La tenue au camouflage ARPAT lui va plutôt bien et elle s’en sort dans ce rôle vraiment pas facile à interpréter pour une jeune femme. Entre force de caractère et sensibilité, Kristen Stewart est touchante et porte sur ses épaules ce film intimiste tourné quasiment exclusivement dans une prison. Elle rend puissant et intense ce long-métrage grâce à son jeu d’actrice et à cette relation forte qu’elle noue avec Ali, le détenu joué par Peyman Maadi.

Loin des blockbusters, ce film lui permet de montrer une autre facette de son jeu et dévoile qu’elle pourrait bien devenir une grande actrice à l’image de Jodie Foster, Juliette Binoche, Julianne Moore, Charlize Theron et d’autres partenaires de ses précédents films.

•• Oblikon.net: Noté 3/5
Le rythme du film est lent, tout comme la vie sur la base. La routine quotidienne est installée depuis maintenant 8 ans que la prison est ouverte, et les militaires font toujours les mêmes gestes, toujours les mêmes procédures de surveillance des détenus. Et c’est de cette routine que nous parle Camp X-Ray, routine finalement assez identique pour les détenus que les matons. Cette routine sage par le rythme et violente par les actes, qui a pour but de surveiller des détenus plus dangereux depuis longtemps, détenus (et non pas prisonniers) ayant perdu tout contacts avec le monde depuis maintenant près d’une décennie.

Camp X-Ray ne cherche pas à dénoncer violemment ce qui se passe à Guantanamo, il ne remet pas en cause la potentielle activité terroriste des détenus. Il cherche juste à nous rappeler que ces détenus sont avant tout des hommes, et qu’ils ont eux aussi une histoire, une vie, des passions. Après 8 ans en détention, et sans aucun espoir de sortie (pas même le suicide), la seule attente des prisonniers est le dernier tome d’Harry Potter, ou de réussir à faire plus de jongles au football que ses camarades de détention.

Puissant par le message, Camp X-Ray arrive à être aussi touchant par une bonne interprétation de Kristen Stewart et un Peyman Moaadi exemplaire dans le rôle du détenu conscient de sa situation, qui a perdu sa vie mais n’a pas le droit de mourir.

Si l'on est certainement pas au niveau d’un Full Metal Jacket, Camp X-Ray nous rappelle une fois de plus que l’Amérique (et le cinéma américain en particulier) sait appuyer où ça fait mal et ne se voile pas la face sur ses erreurs. En tout cas, sur le post 9/11, c’est certainement à ce jour le film le plus réussi.

•• Cloneweb: Décidément, Kristen Stewart n’aura pas fini de nous étonner. Après une excellente prestation dans Sils Maria, elle semble belle et bien faire en sorte de se détacher de son rôle d’amoureuse de vampire inexpressive. Dans Camp X-Ray, elle incarne une jeune militaire à Guantanamo qui se lie d’amitié avec un terroriste emprisonné. Véritablement possédée par son rôle, Stewart porte le film a bout de bras et le duo qu’elle incarne avec Peyman Moaadi (que vous avez pu voir dans Une Séparation) marche brillamment.

Drôle, touchant et toujours juste, Camp X-Ray est une véritable réussite, une superbe histoire d’amitié et un excellent regard sur le traitement des prisonniers à Guantanamo mais également sur la condition physique et psychologique qu’il faudra aux militaires pour endurer ce job. On finira par se rendre compte que les deux sont autant emprisonnés. La mise en scène est elle-aussi excellente, fluide, lisible, le scénario est intelligent et on ne tombe pas une seule fois dans le pathos ou dans le nationalisme.

•• So trendy: Réalisé par Peter Sattler, Camp X-Ray vient d’être projeté à Deauville en avant-première. A défaut d’avoir vu Kristen Stewart sur le tapis rouge, le public normand a pu voir le rôle marquant qu’elle tient dans ce très bon film relayant les conditions de détention que peuvent connaitre des prisons notamment celle de Guantanamo dont il est question dans ce long-métrage.

Son personnage est soldat dans la base américaine et montre un caractère très marqué. Au milieu d’un monde très masculin où se mêlent intimidation, domination moral et physique, elle se montre forte. Mais derrière cette carapace, elle ne tente pas ou n’arrive pas à dissimuler un autre côté de sa personnalité : sa sensibilité.

Le film Camp X-Ray repose donc sur ce personnage fort et sur l’interprétation de Kristen Stewart qui permet d’oublier son costume de vampire.




TWEETS

RT @BobineSelective 'Camp X-Ray' best #Deauville2014 movie so far. Two actors at the top. The tears were not far away.

RT @MgCinema CAMP X-RAY, the movie telling you how Harry Potter ended at Guantanamo. But Kristen Stewart is surprising. That's twice in a row with #SilsMaria, attention to the habits...

RT @AnaBerno Indeed Camp X Ray talks neither political, nor really about prison, but the story of these 2 people meeting each other is superb.

RT @Silence_Action Search of humanity in Guantánamo, strong and delicate subject that "Camp X-Ray" deals with an interesting look. And #KristenStewart delivers a strong performance, divided between military authority and feminine humanity.

RT @mulderville #KristenStewart Moving, masterfully interpreted, intelligent and memorable

RT @Cafedesloisirs #CampXRay brings us in Guantanamo an intense, powerful & hard place. #KristenStewart is excellent. Great movie!

RT @NicoBalazard #CampXRay first #Deauville2014 favorite it is fine and very well played, many emotions. Maybe too nice

RT @AnaBerno #campxray : I found my #deauville2014 favorite! Very moved by this story subtly filmed. Kristen is on top.

RT @romainguinot #CampXRay is really good. Best of 4 seen today @DeauvilleUS ! K Stewart is on a roll, twice in a row after Sils Maria

RT @InesBen "Rated 'Camp X-Ray' 5/5 on Allociné

RT @MgCinema #CampXRay starts where ends #AmostWantedMan. Troubling American chronic. #deauville2014

RT @djphilip Kristen Stewart perfect as a Guantanamo prison warder in Camp XRay

RT @JonhdoeJohndoe #CampXRay#KristenStewart good film with a new look on the prisoners of Guantanamo ! Excellent casting

RT @lemagcinema #campxray is the first good surprise. Beautiful interpretation of #KristenStewart, beautiful subject, good handling. End.

RT @LaurencePlainfo #CampXRay is powerful. Despite the violence and darkness, the tiny flame of humanity resists and helps us to believe in it. #Deauville2014

RT @Regardezmoica #CampXRay with #KristenStewart, it's great ! Beautiful movie about humanity and injustice ! Bravo #PeterSattler and Kristen ! #Deauville2014

RT @stb14730 Saw last night @CampXRayMovie at #Deauville2014 . Congratulations Mr. SATTLER, great movie ! #KristenStewart and #PeymanMoaadi are excellent.

RT @moodfdeauville #campxray sensitive movie on the brutal prison environment, fable with the loneliness of a guard and prisoner. Bluffing K. Stewart

RT @BobineSelective Camp X-Ray meilleur film de #Deauville2014 jusqu'à maintenant. Deux acteurs au top. Les larmes n'étaient pas loin.

RT @MgCinema CAMP X-RAY, le film qui te raconte comment Harry Potter a fini a Gantanamo. Mais Kristen Stewart etonnante. Ça fait deux fois de suite avec #SilsMaria, attention à l’habitude…

RT @AnaBerno Effectivement Camp X Ray ne parle ni de politique, ni vraiment de prison, mais l'histoire de ces 2 personnes qui se rencontrent est superbe.

RT @Silence_Action Recherche d'humanité à Guantanamo, sujet fort et délicat que "Camp X-Ray" traite avec un regard intéressant. Et #KristenStewart livre une performance solide, partagée entre autorité militaire et humanité féminine.

RT @mulderville #KristenStewart Émouvant,magistralement interprété,intelligent et mémorable

RT @Cafedesloisirs #CampXRay nous amène à Guantanamo un lien intense, puissant et dur. #KristenStewart est excellente. Super film!

RT @NicoBalazard #CampXRay premier coup de coeur de #Deauville2014 c'est fin et très bien interprété, beaucoup d'émotions. Peut-etre trop gentil

RT @AnaBerno #campxray : j'ai trouvé mon coup de Coeur de #deauville2014 ! Très touchée par cette histoire subtilement filmée. Kristen y est au top.

RT @romainguinot #CampXRay est vraiment bon. Le meilleur de quatre films vu aujourd'hui à Deauville! K Stewart est une lancée, deux fois de suite après Sils Maria

RT @InesBen A noté 5 sur 5 Camp X-Ray sur AlloCiné

RT @MgCinema #CampXRay demarre là où se termine #AmostWantedMan. Troublantes chroniques americaines. #deauville2014

RT @djphilip Kristen Stewart impeccable en matonne de Guantanamo dans Camp XRay

RT @JonhdoeJohndoe #CampXRay#KristenStewart bon film avec un nouveau regard sur les prisonniers de Guantanamo ! Excellent casting

RT @lemagcinema #campxray est la première bonne surprise. Belle interprétation de #KristenStewart, beau sujet, bon traitement. Fin.

RT @LaurencePlainfo Puissant #CampXRay. Malgré la violence et la noirceur, la minuscule flamme de humanité résiste et nous aide à y croire #Deauville2014

RT @Regardezmoica #CampXRay avec #KristenStewart c'est super ! Très beau film sur l'humanité et l'injustice ! Bravo #PeterSattler et Kristen ! #Deauville2014

RT @stb14730 Vu hier soir @CampXRayMovie à #Deauville2014 . Félicitations Mr SATTLER, superbe film ! #KristenStewart et #PeymanMoaadi sont excellents.

RT @moodfdeauville #campxray film sensible sur univers carcéral brutal,fable réunissant ds solitude geôlière et prisonnier.Bluffante K. Stewart


-----------------------------------

Peter Sattler at the Premiere

Aww he is so cute & proud when he speaks in French! :))
Peter Sattler lors de la Première

Aww il est si mignon & fier quand il parle en français! :))





August 20, 2014 - 20 août 2014

NEW still - NOUVELLE still
image host



'Camp X-Ray' is in the official selection of the Deauville American Film Festival but out of competition.

Schedule:

- Sept 8: Photocall with Peter Sattler at 4:15pm CET/ 3:15pm BST/ 10:15am ET/ 7:15am PT.
- Sept 8: Premiere with Peter Sattler at 8:30pm CET/ 7:30pm BST/ 2:30pm ET/ 11:30am PT.
- Sept 9: Screening (open to the public) at 9pm CET/ 8pm BST/ 3pm ET/ 12pm PT.
- Sept 10: Screening (open to the public) at 8:30pm CET/ 7:30pm BST/ 2:30pm ET/ 11:30am PT.

'Camp X-Ray' est dans la sélection officielle du Festival du Cinéma Américain de Deauville mais hors-compétition.

Calendrier:

- 8 sept: Photocall avec Peter Sattler à 16h15 heure française.
- 8 sept: Première avec Peter Sattler à 20h30 heure française.
- 9 sept: Projection (ouverte au public) à 21h heure française. - 10 sept: Projection (ouverte au public) à 20h30 heure française.

2 comments:

  1. This still gets me so emotional, I don't know why, maybe because she (Cole) looks so sweet in that horrible environment.
    Camp X-Ray is going to be transcendent, memorable and very very emotional.

    ReplyDelete
  2. Que de bonnes critiques !! J'ai trop hâte de voir ce film, je suis vraiment contente qu'elle soit enfin reconnue, elle est tellement critiquée.

    ReplyDelete

• To preserve the good atmosphere, the comments of advertising and insults to Kristen, her staff or our team will be deleted. Thanks :).

• Pour préserver la bonne atmosphère, les commentaires de pub et les insultes envers Kristen, son staff ou notre équipe seront supprimés. Merci :)