Thursday, September 4, 2014

'Clouds of Sils Maria' director Olivier Assayas talks about Kristen with IndieWire

Le réalisateur de 'Sils Maria' Olivier Assayas parle de Kristen avec IndieWire


Q: In light of that observation, what's your take on Kristen Stewart?

Olivier: I'm extremely grateful and admiring of Kristen, in the sense that she can do more or less what she wants — I mean, she has a lot of options. That's the least one can say. And she's doing indie films. She wants to remain part of that world. She's taking risks, trying things, and when she spends two months in Europe with a bunch of weird French filmmakers, she's completely cut off from her world. You know, we're shooting in Leipzig, it's not like you can just go home for the weekend. I mean, you're stuck there. She's there because she thinks she has something to learn — not so much from me but from Juliette, specifically about how she's been able to keep some sort of hold on what she's been doing and how she's been asserting her freedom and her own weird choices. I think that she works in a slightly different space and has the intuition that there is something there for her.

Q: Your next movie will co-star Robert Pattinson. Do you feel similarly about him?

Olivier: I met him in London at a very early stage before I shot "Sils Maria" while I was still working on the screenplay for my next film [..]. That's also one of the first times I met Kristen. She was around.

Q: Does working with these younger, well-known U.S. actors make it easier for you to get your films done?

Olivier: No. You know, a movie like "Sils Maria" functions pretty much the same way as my other movies in terms of how I build it. I have a similar budget. It's a small film. We shot in 32 days, six weeks.

Q: But Kristen Stewart alone brings a whole new audience who hasn't seen your other films.

Olivier: Yeah, of course. Those things fall into a place based on a logic you have no control over. I really do think that, for this movie, Kristen is the best possible choice alongside Juliette. I don't think that there's an actress who would have been more to the point, more of what I had in mind when I was writing this film. So in that sense, she's a big star, but it makes complete sense. It just happens that I wrote that kind of part. I have no plans of writing another part like that. It certainly doesn't change the dynamics of the film. For instance, when Kristen came onboard for this film, the financing was there for another actress to play her part. It was Mia Wasichowska. Then she couldn't do it because she had a studio contract, which basically didn't allow her to shoot within our schedule. Initially, Kristen had not been available because she had another movie happening in the same time. So things changed and all of a sudden she was available. But what I'm saying is that in terms of the financing for the film, it didn't change a thing.
Q: Compte tenu de cette observation, que pensez-vous de Kristen Stewart?

Olivier: Je suis extrêmement reconnaissant et admiratif envers Kristen, dans le sens où elle peut faire plus ou moins ce qu'elle veut - je veux dire, elle a beaucoup d'options. C'est le moins qu'on puisse dire. Et elle fait des films indépendants. Elle veut continuer à faire partie de ce monde. Elle prend des risques, essaye des choses, et quand elle passe deux mois en Europe avec un groupe de cinéastes français bizarres, elle est complètement coupé de son monde. Vous voyez, on tournait à Leipzig, c'est pas comme si vous pouvez rentrer à la maison le week-end. Je veux dire, vous êtes coincé là-bas. Elle est là parce qu'elle pense qu'elle a quelque chose à apprendre - non tellement de moi, mais de Juliette, en particulier sur comment elle a été en mesure de garder une sorte de prise sur ce qu'elle fait et sur comment elle a affirmée sa liberté et ses propres choix bizarres. Je pense qu'elle travaille dans un espace légèrement différent et a eu l'intuition qu'il y avait quelque chose là pour elle.

Q: Votre prochain film aura en vedette Robert Pattinson. Ressentez-vous la même chose sur lui?

Olivier: Je l'ai rencontré à Londres très en amont avant que je tourne "Sils Maria" alors que je travaillais encore sur le scénario de mon prochain film [..]. C'est aussi l'une des premières fois où j'ai rencontré Kristen. Elle était dans le coin.

Q: Est-ce que travailler avec ces jeunes acteurs américains bien connus vous aide à pouvoir réaliser vos films?

Olivier: Non. Vous savez, un film comme "Sils Maria" marche à peu près de la même manière que mes autres films en termes de comment je le construis. J'ai un budget similaire. C'est un petit film. Nous l'avons tourné en 32 jours, six semaines.

Q: Mais Kristen Stewart seule apporte tout un nouveau public qui n'a pas vu vos autres films.

Olivier: Oui, bien sûr. Ces choses se mettent en place sur la base d'une logique sur laquelle vous n'avez aucun contrôle. Je pense vraiment que, pour ce film, Kristen est le meilleur choix possible pour être aux côtés de Juliette. Je ne pense pas qu'il y ait une actrice qui aurait été plus légitime, pour ce que j'avais en tête quand j'ai écrit ce film. Donc en soit, elle est une grande star, mais ça prend tout son sens. Il s'est juste avéré que j'ai écrit ce genre de rôle. Je n'ai pas l'intention d'écrire un autre rôle comme ça. Ca ne change certainement pas la dynamique du film. Par exemple, lorsque Kristen a rejoint ce film, le financement était là pour une autre actrice qui devait jouer son rôle. C'était Mia Wasichowska. Puis elle n'a pas pu le faire car elle avait un contrat avec un studio, qui en gros ne lui permettait pas de tourner à ce moment-là. A l'origine, Kristen n'était pas disponible car elle avait un autre film qui devait se faire à ce moment-là. Donc les choses ont changées et d'un coup elle a été disponible. Mais ce que je veux dire c'est qu'en termes de financement du film, ça n'a rien changé.
Source